À propos de l'affichage sur les vins d'épicerie

Mis à jour le 24 novembre 2016 à 16 h 35  |  Publié le 24 novembre 2016 à 12 h 58

 

À la suite d’un article du journaliste Jean-Michel Genois Gagnon paru dans Le Soleil de ce matin, la SAQ souhaite apporter une précision aux propos d’Alain Lord Mounir, président de Julia Wine.

 

Dans la foulée du projet de loi 88 sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales, le gouvernement a publié une modification réglementaire qui permettra d’afficher sur les vins d’épicerie – en plus du millésime – le cépage ainsi que la provenance géographique, à condition qu'il ne s'agisse pas d'un lieu ou d'une aire géographique qui est réservé selon les conditions prévues par la législation du pays où le vin est produit.

 

La décision de modifier les règlements appartient au gouvernement. Dans ce dossier, le rôle de la SAQ est de s’assurer que les nouvelles étiquettes des vins d’épicerie seront conformes à cette nouvelle réglementation lorsqu’elle entrera en vigueur en décembre. Le courriel auquel fait référence M. Lord Mounir dans l’article visait à faciliter le travail des embouteilleurs de vins d’épicerie et de dépanneur qui souhaitent profiter des nouvelles modalités prévues au règlement pour apporter des modifications aux étiquettes de leurs produits avant l’application des changements réglementaires. À l’approche des Fêtes, la SAQ veut faire en sorte que la mise en marché des vins avec de nouvelles étiquettes ne soit pas retardée et que les embouteilleurs et leurs clients puissent en profiter dès le premier jour.

 

Prétendre que la SAQ « fait preuve de mauvaise volonté politique » démontre une incompréhension du dossier.