Livraison gratuite en succursale à l'achat de 75 $ et plus

Négociation à la SAQ : rectification des faits

En réponse à la lettre de Madame Katia Lelièvre publiée dans La Presse le 29 août, nous souhaitons rectifier les faits sur la négociation en cours avec le syndicat des employés de magasin et de bureau (SEMB).

 

Nous discutons depuis 20 mois avec le syndicat en vue de conclure une convention collective qui nous permettrait de continuer à améliorer nos opérations en magasin et à mieux servir nos clients, tout en offrant de bonnes conditions de travail à nos employés.

 

La SAQ dégage annuellement plus de 1 milliard de dollars qu’elle remet au gouvernement, au bénéfice de tous les Québécois. À titre d’actionnaire unique, le gouvernement est en droit d’exiger du rendement de la part de ses sociétés d’État. En vertu de la Loi sur le régime de négociation des conventions collectives dans les secteurs public et parapublic, le Conseil du trésor doit entériner les paramètres de rémunération et de conditions de travail. La SAQ est donc soumise au même cadre que celui applicable à tous les employés de la fonction publique.

 

La SAQ est sensible aux enjeux de conciliation travail famille et de précarité d’emploi. Elle a déposé des propositions qui répondent spécifiquement à ces préoccupations :

 

  • Nous avons notamment offert des postes de 38 heures à tous les employés qui sont actuellement à 30 heures, avec certains avantages associés, améliorant ainsi leurs conditions de travail, dont celles portant sur la stabilité de leur horaire.
 
  • En ce qui concerne les employés à temps partiel, nous avons aussi proposé de permettre un certain nombre de congés de fin de semaine et de rendre disponible l’horaire de travail 10 jours à l’avance. De plus, des avantages sociaux pourraient être offerts aux employés à temps partiel ayant acquis une certaine ancienneté.  

 

  • Dans le but de dénouer l’impasse, nous avons retiré notre demande qui consistait à déplacer 100 postes vacants vers deux jours de fin de semaine, ce qui a pour effet de préserver la qualité des horaires et de ne pas augmenter le nombre d’employés réguliers actuels travaillant deux jours la fin de semaine.

 

L’ensemble des propositions doit cependant respecter le cadre du mandat octroyé par le Conseil du trésor, lequel mandat est comparable à ceux de la fonction publique. Soulignons que les demandes monétaires du syndicat sont supérieures à ce mandat.

 

En terminant, nous tenons à remercier nos clients pour leur patience face aux moyens de pression exercés par nos employés en succursales dans les dernières semaines. Nous sommes désolés des inconvénients que cette situation peut occasionner et nous déployons tous les efforts pour vous servir.

 

 

Madeleine Gagnon

Vice-présidente des Ressources humaines à la SAQ