Exceptionnellement, l'infolettre SAQ Inspire ne sera pas envoyée cette semaine. Tous les points, rabais et l'échange des points en succursale demeurent en vigueur. En savoir plus.

Les achats en ligne sont de retour. Les inventaires en succursale seront visibles prochainement. En savoir plus.

Veuillez noter que des problèmes techniques causent actuellement des difficultés avec la mise à jour des inventaires en succursale.

Édition limitéeÉdition limitée

L'Arrivage Prestige du 10 juin

Arrivage PrestigeArrivage Prestige

Selosse, Guigal, Rougeard et plus

Découvrez 86 nouveaux produits en loterie du 10 au 13 juin, incluant cinq cuvées autographiées en édition limitée pour souligner nos 100 ans. La rarissime trilogie des « La-La-La » de Guigal figure aussi dans la liste des produits convoités à ne pas manquer. Tentez votre chance!

Vous n’avez pas gagné après le 1er ou le 2e tour?

Si vous n’avez pas eu la chance d’acheter les produits que vous vouliez après les deux tirages, restez à l’affût. Après le 2e tour, les produits qui n’ont finalement pas trouvé preneur seront remis en vente, selon le principe premier arrivé, premier servi.

  1. WA 95, WS 95, V 97
    Potentiel de garde : 2025-2040

     

    « Le Ornellaia 2018 est introverti à ce stade. Mi-corsé, avec une grande persistance et un équilibre impeccable, le 2018 n’est pas encore d’humeur à dévoiler toutes ses cartes aujourd’hui. Un soupçon de baies rouges, de moka, d’épices, de réglisse et de fleurs séchées se font prier quelque peu avant d’émerger. Je ne serais pas surpris qu’il gagne en densité avec un peu plus de temps en bouteilles. Vous devriez vous attendre à un Ornellaia soyeux et aromatique dans la lignée de millésimes comme le 2004, davantage axés sur la finesse que la puissance brute. C’est la première fois que le merlot domine l’assemblage de l’Ornellaia. »
    Traduit de www.vinous.com

  2. WA 93
    Potentiel de garde : 2014-2027

     

    « Le Mas La Plana 2007 à la teinte mauve dévoile des notes de chêne fumé, de boîte à épices, de violette, de cassis et de mûre dans son bouquet invitant. Il s’ouvre dans le verre en révélant une texture suave, une personnalité élégante et assez de structure pour évoluer de 2 à 3 ans. Bien proportionné et excellent volume… »
    Traduit de www.robertparker.com  

  3. « La signature Caymus s’affirme avec un style à la couleur sombre, avec un aspect fruité généreux et des tannins mûrs et veloutés – appréciables tant en jeunesse qu’avec la maturité. Nous cultivons le cabernet dans 8 des sous-appellation de Napa, une diversification nous permettant d’élaborer le meilleur vin possible une année donnée. Notre cabernet offre des arômes et des flaveurs étagés et exubérants, incluant cacao, cassis et baies foncées mûres. »
    Information tirée du site Web du producteur

     

  4. WA 94
    Potentiel de garde : 2021-2033

     

    « Le dernier relâchement du NV Blanc de Blancs Grand Cru Initial de Selosse a été dégorgé à l’automne 2019 et constitue un assemblage des millésimes 2013, 2012 et 2011. Comme son confrère V.O. basé sur les mêmes millésimes, il est un peu plus tendu dès le départ que le relâchement de l’an dernier, s’ouvrant dans le verre sur un bouquet élégant de zeste d’agrumes, de pomme jaune croquante, de noix anglaise, d’écorce confite et de xérès fino. Mi-corsée à corsée, charnue et joliment définie, la cuvée Initial est plus ronde et expressive que la cuvée V.O., souple et incisive, mais il commencera vraiment à s’épanouir après une année en bouteilles. Savoureux et pénétrant, il s’agit d’un autre champagne éclatant de Selosse. »
    Traduit de www.robertparker.com

  5. WA 96
    Potentiel de garde : 2021-2040

     

    « Dégorgé au début de l’année 2020, le nouveau relâchement du NV Blanc de Blancs Grand Cru V. O. (Version Originale) est particulièrement bon, avec les notes de miel, de noix de Grenoble, de fruits jaunes de verger, de fleurs blanches, d’huile d’orange et de cire d’abeille s’échappant du verre. Mi-corsé à corsé, étagé et concentré, il est racé et incisif, avec une jolie mousse fine et une finale longue et pénétrante. Comme vous vous en souviendrez, cette cuvée est un assemblage de trois millésimes (2014, 2013 et 2012), provenant des zones plus élevées en altitude et plus crayeuses d’Avize, de Cramant et d’Oger, dans lesquelles les rendements sont naturellement environ un tiers inférieur que dans les parcelles à l’origine de la cuvée Initial. »
    Traduit de www.robertparker.com

  6. WA 95
    Potentiel de garde : 2019-2033

     

    « D'après une bouteille dégorgée en Décembre 2018, le NV Brut Rosé de Selosse est basé sur son assemblage V.O., avec l’ajout de pinot noir de son ami Francis Egly. Regorgeant d’arômes de fruits séchés, de cerise blanche, de cire d’abeille et d’épices, le vin est corsé, ample et charnu, le caractère phénolique du pinot noir ne faisant qu’amplifier la signature minérale qui définit le V.O. – en faisant un champagne remarquablement vineux et gastronomique. »
    Traduit de www.robertparker.com

  7. V 96
    Potentiel de garde : 2020-2030

     

    « Le NV (2010) Extra-Brut Substance est fabuleux. Anselme et Guillaume Selosse élaborent un champagne à la fois opulent et vibrant avec Substance, créé à partir d’un assemblage de type solera qui remonte à 1986. Cet assemblage de millésimes à travers les années donne un champagne à la texture et à la complexité des flaveurs irréelles. Il n’y a aucun autre vin en Champagne comme lui. Un soupçon de réduction ajoute du caractère au fruit riche et miellé du chardonnay dans un Substance qui frappe dans le mille. »
    Traduit de www.vinous.com

  8. WA 100
    Potentiel de garde : 2022-2045

     

    « Le millésime Extra-Brut 2008 devrait sortir bientôt et j’ai un peu peur de jeter de l’huile sur le feu de ce qui s’avère sans aucun doute une demande insatiable avec une critique élogieuse. Malgré ces réserves, je me vois forcé de signaler que le vin répond, et de fait, surpasse les attentes élevées que les admirateurs de Selosse vont certainement avoir envers lui. Dégorgé en janvier 2020, la bouteille s’élève du verre avec des effluves d’huile d’agrumes, de pâtisseries au beurre, d’écorce confite, de fruit de verger croquant, de pacanes grillées, d’iode et de fumée. Corsé, profond et concentré, il est extrêmement étagé et intensément vineux, avec un cœur bien tendu, une acidité élégante et une finale longue et ardemment saline. « Si le 2009 est catholique », note Selosse, « le 2008 est protestant » — bien que protestant, suis-je tenté d’ajouter, je ne suis pas complétement insensible aux plaisirs de la chair. »
    Traduit de www.robertparker.com

  9. WA 96
    Potentiel de garde : 2020-2035

     

    « Dégorgé en juillet 2017, le NV Extra-Brut Largillier de Guillaume Selosse provient de raisins cultivés par Jérôme Coessens dans le village de Ville-sur-Arce dans la Côte des Bar, et il s’agit d’un assemblage des millésimes 2012 et 2013, les vins de base ayant été élevés en fût sur lies pendant au moins 36 mois. Il s’échappe du verre avec un bouquet profond et complexe de pêche mûre, de noix de Grenoble, de poire et de mirabelle, complétés d’un soupçon de pâte d’amande et de cari; il est corsé, riche et multidimensionnel, avec une bouche étagée et texturée, étayée d’une acidité élégante culminant dans une finale saline. Intense et savoureux, il s’agit d’un vin concentré et rempli de caractère que j’ai immensément apprécié. »
    Traduit de www.robertparker.com

  10. V 96, RVF 96
    Potentiel de garde : 2024-2038

     

    « Sortant du lot dans cette gamme, le riesling Clos Windsbuhl 2018 est incroyablement vif dans le verre. L’aération fait ressortir une profusion d’étages de flaveurs et de dimensions. Orange confite, pierre concassée, menthe et notes plus exotiques s’allient dans un vin aérien et léger qui a tant à offrir. Le 2018 est intense, mais il affiche aussi une réelle grâce. »
    Traduit de www.vinous.com  

  11. WA (89-92)

     

    « Le bandol rosé 2018 de Tempier constitue un autre millésime réussi pour ce vin qui sort constamment du lot. Il est léger à mi-corsé, pas trop mûr ou riche, tout en équilibre et en aspect rafraîchissant. Des arômes et flaveurs de tangerine et de melon frappent dans le mille, persistant dans la finale déjà élégante. »
    Traduit de www.robertparker.com

  12. WA (89-92)

     

    « Le bandol rosé 2018 de Tempier constitue un autre millésime réussi pour ce vin qui sort constamment du lot. Il est léger à mi-corsé, pas trop mûr ou riche, tout en équilibre et en aspect rafraîchissant. Des arômes et flaveurs de tangerine et de melon frappent dans le mille, persistant dans la finale déjà élégante. »
    Traduit de www.robertparker.com

  13. WA 95
    Potentiel de garde : 2020-2028

     

    « Seuls des barils sont utilisés, et en 2018, 40 % du chêne était neuf mais à l’avenir, un foudre de chêne de 1 000 litres est prévu pour ce vin. L’élevage est plus long – 17 à 18 mois – et le vin se développe davantage. La perte dans les fûts n’est pas comblée, alors il est un peu plus oxydatif. Et dans ce millésime, une certaine onctuosité est présente (sans doute due au pourcentage élevé de chêne neuf), avec un profil plus démonstratif, un aspect juteux sur la pêche, davantage de volume et une touche épicée évoquant un peu le Jura, mais il est davantage meursault que puligny. Il est plus expressif, rond et juteux, moins radical que certaines années précédentes, épicé et avec des notes de fenouil. »
    Traduit de www.robertparker.com

  14. « Il est doté d’arômes d’agrumes évoquant la peau de mandarine et aussi les fleurs blanches, avec de légères traces de terre, de lime, de fruit à noyau mûr et de rayon de miel. L’attaque est suave en bouche, avec de la fraîcheur et une acidité étonnante, et de la vigueur apportée par un certain arrière-goût de thym citron. »
    Information tirée du site Web du producteur
  15. WA 97
    Potentiel de garde : 2020-2030

     

    « Le 2018 dévoile une couleur légèrement plus pâle et s’avère encore plus aérien et élégant que d’autres millésimes, avec moins d’alcool et un équilibre incroyable. Il est parfumé et élégant, plus rond que La Penitencia, avec une très légère touche crémeuse, sans doute due à l’élevage en plus petit baril. Sans doute l’un des meilleurs millésimes de El Pecado. »
    Traduit de www.robertparker.com

  16. WA 98
    Potentiel de garde : 2020-2029

     

    « Nez explosif à la fois floral et exotique, avec une touche herbacée; juteux, un peu rustique, très fidèle à son terroir. Il est doté de notes fraîches d’agrumes et la bouche est intense, éclatante, électrique, piquante, très longue et minérale. Le niveau d’alcool est modéré, avec des tannins raffinés, de l’énergie et de la lumière. Tout simplement superbe. »
    Traduit de www.robertparker.com 

  17. WA 94+
    Potentiel de garde : 2022-2039

     

    « Se déployant dans le verre avec un nez juvénilement réservé de framboise, de prune sauvage, d’épices, de thé blanc et de pétale de rose, le morgon Côte du Py Javernières 2019 est mi-corsé à corsé, profond et étagé, avec une réelle concentration, une acidité vibrante et des tannins poudreux et structurants. Encore plutôt tendu après son embouteillage récent – quelques semaines avant que je l’aie dégusté – il aura besoin, comme toujours, de plusieurs années en cave. À maturité, je présume que le 2019 sera plus énergique que le 2018, et il ravira les admirateurs de crus sérieux du Beaujolais. »
    Traduit de www.robertparker.com

  18. RVF 93, JS 95

     

    « Nez complexe de fleurs, de liqueur d’herbes, de noix de Grenoble fraîches et de terre mouillée. Frais, élégant et gracieux en dépit de la structure considérable; l’acidité éclatante l’élève et le fait paraître beaucoup plus léger que ses 13,5 % d’alcool. Finale longue, ornementée et minérale. Fait à partir de raisins cultivés en mode biologique. »
    Traduit de www.jamessuckling.com

  19. WA 96+
    Potentiel de garde : 2019-2029

     

    « Le vin phare du domaine, le côtes du roussillon villages 2013 La Petite Sibérie est une cuvée dominée par le grenache qui comprend aussi 5 % de syrah et 5 % de mourvèdre. Encore tendu et même un peu fermé, il offre des notes conséquentes de framboise noire, d’épices rôties et de sauce hoisin, avec une grande minéralité crayeuse en finale. Imposant, généreux et structuré en bouche, il s’agit d’un 2013 concentré, structuré, qui a besoin d’être oublié pour 2-3 ans et apprécié dans le courant de la prochaine décennie. À noter que cette cuvée est élevée entièrement sous chêne neuf et qu’elle en a absorbé chaque trace. »
    Traduit de www.robertparker.com

  20. WA 97
    Potentiel de garde : 2020-2035

     
     
    « Le châteauneuf du pape La Combe des Fous 2017 est corsé, généreux et velouté, mais il affiche davantage de fraîcheur et de fruits concentrés que la version vieilles vignes. Un vin conséquent à la beauté suprême, il offre framboise mûre et cerise, un léger soupçon d’épices asiatiques et une longue, longue finale. »
    Traduit de www.robertparker.com

  21. WA 98
    Potentiel de garde : 2020-2035

     

    « Avec son boisé plus discret et ses étages de complexité, le châteauneuf du pape Deux Ex Machina 2017 est mon relâchement préféré cette année. Des couches d’épices séchées accentuent la framboise et la cerise dans ce vin corsé, généreux et velouté. Il est plus complexe et complet que La Combe des Fous ou le Sancto Santorum, plus persistant en finale et suprêmement élégant. » 2020-2035
    Traduit de www.robertparker.com

  22. WA 95, WS 96
    Potentiel de garde : 2022-2038

     

    « Style très raffiné et soyeux, avec des notes subtiles de cerise amère, de quetsche et de coulis de framboise, accompagnés d’effluves de garrigue et de bois de santal culminant avec des touches gracieuses de thé rooibos et minérales. Il offre un luxe discret. Grenache, syrah, cinsault et mourvèdre. »
    Traduit de www.winespectator.com

  23. WA 94-96
    Potentiel de garde : 2011-2041

     

    « Le châteauneuf du pape blanc Rayas 2010 est peut-être l’un des meilleurs blancs de Rayas élaboré depuis les années 1990. Des arômes de figue, de chèvrefeuille, de mangue et d’huile d’agrumes s’échappent du verre de ce 2010. Avec sa texture imposante, son excellente acidité et sa personnalité florale, j’ai eu beaucoup de mal à recracher cette formidable cuvée, qui constituait le dernier vin que j’ai dégusté ce jour-là. Il devrait se conserver pour 20-30+ années. Malheureusement, la production de ce joyau est d’approximativement 400 caisses, la disponibilité est donc limitée. »
    Traduit de www.robertparker.com

  24. WA 91-93, V 92
    Potentiel de garde : 2011-2031

     

    « Les différentes cuvées qui composeront le côtes-du-rhône Fonsalette 2010, qui est dominé par le grenache, mais qui inclut une part considérable de cinsault, indique que l’assemblage final devrait être doté d’une teinte rubis ainsi que d’un joli nez fait de fleurs printanières, de kirsch, de réglisse, de terre, de poivre et d’épices. Corsé avec des tannins souples, ce 2010 charmeur devrait se laisser boire pendant encore 20 ans. »
    Traduit de www.robertparker.com

  25. WA 92+, V 91-94

     

    « Composant no 1 : « d’argile et de galets ». Fragrances profondes de cerise foncée et de crème de framboise. Flaveurs de confiture de fruits foncés qui ont de la mâche, avec une fermeté tannique suave et une excellente persistance. Composant no 2 : teinte d’un pourpre d’encre. Arômes puissants de fruits foncés avec des nuances importantes d’olive. Les flaveurs épicées de cerise et de prune sont encadrées par des tannins conséquents, devenant plus douces et axées sur les fruits rouges en finale. Dans sa forme finale, il devrait s’agir d’une réussite magistrale. »
    Traduit de www.vinous.com

  26. WA 94-97, V 96+

     

    « Rubis intense. Un bouquet explosivement parfumé affiche confiture de fruits rouges et foncés, pot-pourri, réglisse et minéraux fumés. Ample et charnu, il offre des flaveurs profondément concentrées de framboise noire et de cerise amère ainsi que des notes puissantes de pastilles florales. Les tannins avec de la mâche cèdent leur place à une finale puissante, joliment suave et interminable. Il montre autant de densité que je puisse me souvenir d’un jeune Rayas et il est clairement bâti pour une longue garde. »
    Traduit de www.vinous.com

  27. WA 95, V 97

     

    « Rubis vif. Les arômes de baies rouges, de cerise et d’épices asiatiques sont magnifiés par des notes séduisantes de pétale de rose et d’orange sanguine. Impressionnant par sa pureté, parfumé avec une précision remarquable et construit sur des flaveurs vives de cerise et de framboise noire. L’aspect aérien et minéral de ce vin est quelque chose. Il affiche un style distinctement féminin, avec une finale et une énergie superbes. »
    Traduit de www.vinous.com

  28. WA 90-93, V 94
     
    « Rouge rubis brillant. Les arômes de fruits rouges et de fleurs intensément parfumés se complexifient de notes d'épices et de minéraux asiatiques. Extrêmement frais en bouche, offrant des saveurs nerveuses de groseille et de framboise et une importante base d'épices. Une note piquante d'orange sanguine se présente avec l'aération et ajoute une pointe acidulée à la finale longue, précise et florale. Un vin très sexy qui est étonnamment accessible maintenant, surtout par rapport à son grand frère. »
    Traduit de www.vinous.com
  29. WA 92-94, V 93
    Potentiel de garde : 2023-2029

     
    « Couleur violette opaque. Il déploie des arômes puissants de confiture de petits fruits noirs, de cerise et d'encens aux accents épicés, avec une nuance fumée qui s'accentue au fur et à mesure que le vin s'étire. Charnu et ample en bouche mais étonnamment souple également, offrant des saveurs intenses de mûre et de mûre de Boysen et un soupçon de fleurs confites. La finale est d'une jeunesse moelleuse et d'une longueur impressionnante, avec des notes florales répétées et des tanins qui ajoutent de la forme et raffermissent l'adhérence. »
    Traduit de www.vinous.com

  30. V 94
    Potentiel de garde : 2024-2033

     « Rubis opaque. Des arômes puissants et minéraux de fruits noirs et bleus, d'olive et de piment de la Jamaïque sont dynamisés par une note florale suave. Charnu, juteux et ample en bouche, offrant des saveurs concentrées de cassis, de liqueur de cerise, de gâteau aux fruits et de pastille florale qui se resserrent à l'aération. Densément emballé mais aussi énergique, finissant avec une délimitation nette, des tannins solidement construits et une excellente persistance. »
    Traduit de www.vinous.com

  31. WA 95, WS 94, V 94 
    Potentiel de garde : 2018-2025
     
    « Affichant un « style plus classique de Château Grillet », selon le directeur du domaine Alessandro Nori, le Château Grillet 2014 est plus frais et plus linéaire que l'intense 2015. Le fruit est plus d'ananas et d'agrumes que d'abricot et de melon, et il se termine long, frais et vivifiant. Ce vin mi-corsé à corsé devrait bien se boire pendant près d'une décennie. »
    Traduit de www.robertparker.com
  32. WA (93-96), V 96
    Potentiel de garde : 2022-2035

    « Le Cote Rotie 2017 était encore dans des lots séparés lors de ma visite, mais je suis reparti avec des impressions remarquablement similaires au Gerine (odorant charmant et soyeux) et au Plomb (tendu, intense et structurel) comme je l'ai fait l'année dernière. Plusieurs autres lots entreront dans l'assemblage final (Chavaroche, Fongeant, Lezardes et plusieurs autres, dont probablement La Landonne). Il y a plus de poivre concassé et de violette au nez du 2017 que du 2018 et aussi un peu plus de croquant et de tension en bouche. »
    Traduit de www.robertparker.com

  33. WA 97, V 93
    Potentiel de garde : 2015-2025
     
    « L'un des plus grands de tous les temps de ce domaine est le Cote Rotie 1999 encore de couleur encre. Après une année chaude où de nombreux vignerons ont eu des problèmes de vinification, Jean-Paul a comparé plus d'une fois 1999 à 2009. Sensationnellement riche, concentré et corsé, il révèle un bouquet classique de poivre, d'herbes fumées, de cassis et de réglisse. Un Côte Rotie sexy auquel il est difficile de résister, il se boit parfaitement aujourd'hui mais évoluera bien pendant une décennie ou plus. » 2015-2025
    Traduit de www.robertparker.com
  34. V 95-96 

    « Jaune clair teinté de vert. Un bouquet parfumé puissant évoque la violette, les agrumes mûrs et les fruits du verger, qui sont compliqués par des notes de minéraux poussiéreux et de safran. Juteux et concentré en bouche, offrant des saveurs denses de nectar de poire, de moelle d'orange et de chèvrefeuille qui montrent une clarté et une minéralité exceptionnelles. Les notes florales et minérales persistent sur la finale incisive qui s'accroche avec une superbe ténacité. »
    Traduit de www.vinous.com

  35. V 95-96  
    « Les arômes primaires de petits fruits noirs et de noyau de cerise sont complétés par des suggestions d'encens, de fleurs confites et d'épices exotiques, ainsi que des nuances émergentes de poivre concassé et de cola. Les saveurs profondément concentrées de myrtille, de cerise amère et de violette deviennent lentement plus douces à mesure que le vin s'ouvre. Montre une énergie et une puissance minérale exceptionnelles sur une finale extrêmement longue et finement gravée qui présente des tannins tendres et un caractère répété de fruits bleus et de fleurs. »
    Traduit de www.vinous.com
  36. WA 99, V 98 
    Potentiel de garde : 2025-2045  
     
    « Le plus sombre, le plus concentré et le plus tannique des La Las 2016, le Côte Rôtie La Landonne 2016 présente des notes de viande fumée et de café brûlé au nez, des vagues de cassis et des notes d'olives et d'herbes. Mi-corsé à corsé, il regorge de tanins, de fruits mûrs et de nuances complexes de savoureuse complexité. Riche et velouté, avec une texture formidable et une longueur impressionnante, c'est un pari sûr pour évoluer avec grâce pour les 20-25 prochaines années. »
    Traduit de www.robertparker.com 
  37. WA 97, V 98 
    Potentiel de garde : 2023-2040

    « Comme le La Turque, le Côte Rôtie La Mouline 2016 est à peu près aussi accessible qu'un jeune La La que vous êtes susceptible de trouver. Les notes florales incluent des notes de violette et d'hibiscus sur un fond de mûres et de cassis. Mi-corsé à corsé, il est richement concentré et texturé, laissant derrière lui une sensation veloutée et tannique sur la longue finale, accompagnée de notes d'épices de cèdre, de moka et de réglisse salée. C'est une autre beauté qui devrait être bonne à boire pendant au moins deux décennies. »
    Traduit de www.robertparker.com 

  38. WA 98, V 97 
    Potentiel de garde : 2023-2040
        
    « Chargé de parfums exotiques de fleurs printanières et de baies mûres, le Côte Rôtie La Turque 2016 ressemble davantage au vin que j'ai dégusté pour la première fois en 2017. Mi-corsé à corsé, il est délicieusement soyeux et élégant du début à la finale incroyablement longue; alors que la concentration est ample et que la trame de tannins fins et en dentelle soutient le fruit, les tannins se fondent pratiquement dans l'arrière-plan, laissant derrière eux des notes persistantes de réglisse salée et de moka. Accessible maintenant, il devrait bien se boire pendant au moins deux décennies. »
    Traduit de www.robertparker.com 
  39. V 93
    Potentiel de garde : 2024-2032

    « Violette saturée. Nez puissant aux notes minérales de petits fruits noirs et de fleurs, avec une touche d'herbes succulentes. La texture douce et bien concentrée offre des saveurs intenses de cerise, de cassis et de violette confite qui s'ouvrent progressivement en milieu de bouche. Des tannins jeunes et moelleux confèrent une adhérence à une très longue finale fumée qui laisse une note de chocolat amer derrière. »
    Traduit de www.vinous.com 

  40. V 93
    Potentiel de garde : 2024-2032

     « Magenta profond et brillant. Un bouquet sauvage et complexe évoque les fruits noirs et bleus bien mûrs, la viande fumée, la réglisse et les fleurs succulentes, ainsi qu'une nuance minérale fumée. Séveux et pénétrant en bouche, offrant cassis doux, cerise, Boysen et arômes de violette confites et faisandées. Finale incroyablement longue et fumée, avec un soupçon de cerise amère et des tannins sournois. Ce vin est définitivement sur de style funky, et pour les fans du genre, ma note peut sembler basse. » 2024-2032
    Traduit de www.vinous.com

  41. WA (95-97), V 94
    Potentiel de garde : 2021-2040 
     
    « En cuve et en attente d'embouteillage lorsque je l'ai dégusté, le Côte Rôtie la Landonne 2017 s'est lissé et complexifié l'année dernière. Il montre maintenant le caractère classique salé, charnu, de la Landonne et beaucoup de beau moka. Il est mi-corsé à corsé, luxuriant et velouté en milieu de bouche, puis se termine long et tannique. »
    Traduit de www.roberparker.com
  42. WA 98, V 95
    Potentiel de garde : 2021-2040 
     
    « Encore mieux que l'an dernier, le Côte Rotie La Cote Blonde 2017 récemment mis en bouteille chantait lorsque je l'ai goûté en juillet. Des notes florales et de petits fruits accentuent les arômes teintés de moka dans ce vin mi-corsé à corsé. Il est soyeux, long et intense, avec quelques décennies de vie devant lui. Il est tout simplement difficile de décrire les vagues de complexité savoureuse que ce vin démontre maintenant, associées à une texture succulente et une longueur extraordinaire. »
    Traduit de www.roberparker.com
  43. WA 97, V 94, JS 94
    Potentiel de garde : 2021-2035

    « Issu d'un lieu-dit rocheux et micaschiste qui n'a fait son apparition que récemment sur des vins de vignoble unique, le Côte Rôtie Neve 2017 de Chapoutier est un exemple audacieux, corsé et puissant de l'appellation. Le bleuet et la mûre de Boysen sont soutenus par des tannins riches et veloutés, suivis d'une longue finale persistante. Impressionnant. »
    Traduit de www.roberparker.com

  44. WA 97, V 94, JS 94
    Potentiel de garde : 2021-2035
     
    « Issu d'un lieu-dit rocheux et micaschiste qui n'a fait son apparition que récemment sur des vins de vignoble unique, le Côte Rôtie Neve 2017 de Chapoutier est un exemple audacieux, corsé et puissant de l'appellation. Le bleuet et la mûre de Boysen sont soutenus par des tannins riches et veloutés, suivis d'une longue finale persistante. Impressionnant. »
    Traduit de www.roberparker.com
  45. WA 96, V 94, JS 94
    Potentiel de garde : 2021-2035
     
    « Assemblage de Côte Blonde et de Côte Brune (les lieux-dits actuels), le Côte Rôtie la Mordorée 2017 est un excellent exemple de cette cuvée. L'équipe de Chapoutier cueille et vinifie désormais les parcelles séparément, ce qui leur a permis d'affiner les dates de cueillette. Il présente un mélange passionnant de saveurs de petits fruits, est soyeux et mi-corsé en bouche et perdure en finale. »
    Traduit de www.roberparker.com 
  46. WA 100, V 96
    Potentiel de garde : 2018-2040

    « Comme en 2016, mon coup de cœur des sélections parcellaires blanches cette année est l'Ermitage l'Ermite Blanc 2017 (231 caisses produites), car il équilibre parfaitement richesse et puissance avec raffinement et structure. La brioche grillée et la marmelade d'agrumes, les notes de miel et de truffe offrent une décadence corsée et pleine de bouche, soutenue par des notes austères de granite broyé, de zeste de pamplemousse piquant et de saumure rafraîchissante. Immense et intense mais rafraîchissant, c'est l'essence du marsanne cultivée en granite. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  47. WA 99, V 97, JS 96
    Potentiel de garde : 2029-2045

    « Cassis et pierre concassée se rejoignent au nez de l'Ermitage le Pavillon 2017. Plus austère que les Geffieux ou le Méal, le Pavillon est plus ancré dans le granite, avec des contours nettement définis et des tannins fermes. C'est vrai que c'est impressionnant, corsé, chargé d'extrait et presque crémeux en milieu de bouche, mais finalement, il a besoin de temps. Donnez-lui 10 ans pour s'assouplir et développer un peu plus de charme - il a assez de fruit noir concentré pour tenir la garde. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  48. WA 99, V 97, JS 96
    Potentiel de garde : 2029-2045

    « Cassis et pierre concassée se rejoignent au nez de l'Ermitage le Pavillon 2017. Plus austère que les Geffieux ou le Méal, le Pavillon est plus ancré dans le granite, avec des contours nettement définis et des tannins fermes. C'est vrai que c'est impressionnant, corsé, chargé d'extrait et presque crémeux en milieu de bouche, mais finalement, il a besoin de temps. Donnez-lui 10 ans pour s'assouplir et développer un peu plus de charme - il a assez de fruit noir concentré pour tenir la garde. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  49. WA 100, V 96, JS 96
    Potentiel de garde : 2025-2045

    « L'Ermitage l'Ermite 2017 est tout aussi étonnant mais une expression complétement différente de l'Hermitage. D'une certaine manière, il combine la réserve du Pavillon avec la générosité du Méal, résultant en un vin que je ne peux que qualifier de parfait. Le fruit immaculé du cassis est remarquablement pur, rejoint par des notes complexes de pierre concassée, de réglisse salée et un soupçon de notes de chêne à grain fin. Il est corsé, concentré et de texture veloutée, avec des tonnes de tannins moelleux mais mûrs et une finale qui dure plusieurs minutes. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  50. WA 100, V 96, JS 96
    Potentiel de garde : 2025-2045

    « L'Ermitage l'Ermite 2017 est tout aussi étonnant mais une expression complétement différente de l'Hermitage. D'une certaine manière, il combine la réserve du Pavillon avec la générosité du Méal, résultant en un vin que je ne peux que qualifier de parfait. Le fruit immaculé du cassis est remarquablement pur, rejoint par des notes complexes de pierre concassée, de réglisse salée et un soupçon de notes de chêne à grain fin. Il est corsé, concentré et de texture veloutée, avec des tonnes de tannins moelleux mais mûrs et une finale qui dure plusieurs minutes. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  51. WA 100 , V 96, JS 96 
    Potentiel de garde : 2021-2040

    « Toujours la portion la plus précoce des exploitations Chapoutier sur la colline de l'Hermitage, l'Ermitage le Méal 2017 se démarque complétement. Les notes de crème de framboise restent fraîches et vives, rejointes par des notes de myrtille, d'épices à pâtisserie et de vanille, tandis que les tanins sont soyeux, la sensation en bouche généreuse et l'impression générale est d'une grande séduction et élégance. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  52. WA 100 , V 96, JS 96 
    Potentiel de garde : 2021-2040

    « Toujours la portion la plus précoce des exploitations Chapoutier sur la colline de l'Hermitage, l'Ermitage le Méal 2017 se démarque complétement. Les notes de crème de framboise restent fraîches et vives, rejointes par des notes de myrtille, d'épices à pâtisserie et de vanille, tandis que les tanins sont soyeux, la sensation en bouche généreuse et l'impression générale est d'une grande séduction et élégance. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  53. WA 97, V 97, JS 94 
    Potentiel de garde : 2021-2040

    « L'Ermitage les Greffieux 2017 présente une complexité tourbillonnante au nez et en bouche, avec des notes divergentes mais harmonieuses de moka, de framboises, d'humus humide, de viande rôtie et de réglisse salée. Il est corsé mais raisonnablement moelleux et accessible pour Hermitage, montrant un visage plus séduisant de ce grand vignoble. »
    Traduit de www.roberparker.com 

  54. WA 98+, V 96, JS 96 
    Potentiel de garde : 2025-2040

    « L'Hermitage La Chapelle 2018 magnifiquement proportionné apparaît comme une version complexe et complète de cette mise en bouteille renommée, sans rugosités - juste un nez modéré d'épices, de cassis, de fruits rouges et de cèdre. Il est mi-corsé à corsé, soyeux et fin, débordant d'harmonie et d'élégance en bouche, tandis que la finale est longue, faisant écho au cassis, au charbon et à la pierre concassée. Les tanins se raffermissent un peu en finale, donc je pense qu’il va bientôt se fermer, puis s'épanouir après 2025. »
    Traduit de www.roberparker.com