Exceptionnellement, l'infolettre SAQ Inspire ne sera pas envoyée cette semaine. Tous les points, rabais et l'échange des points en succursale demeurent en vigueur. En savoir plus.

Les achats en ligne sont de retour. Les inventaires en succursale seront visibles prochainement. En savoir plus.

Veuillez noter que des problèmes techniques causent actuellement des difficultés avec la mise à jour des inventaires en succursale.

Cent ans d’histoire, en bref

1921 à 20211921 à 2021
Magazine 100e.Magazine 100e.

Parcourez les époques de la SAQ

1921  1961  1980  2000  2010

Avant 1921.Avant 1921.

Une prohibition totale… sauf au Québec

En 1917, la prohibition est en vigueur partout au Canada, sauf dans notre province.

Dès 1919, les Québécois francophones votent en faveur de la légalisation de la vente de bière et de vin; la Commission des liqueurs verra le jour en 1921.

Épicerie Birs à Longueuil, datant de 1900.Épicerie Birs à Longueuil, datant de 1900.

Épicerie Birs à Longueuil, datant de 1900.

1921 à 19601921 à 1960

1er mai 1921 : création de La Commission des liqueurs de Québec.

L’État gère et contrôle le commerce des vins et des spiritueux, et émet des permis pour les hôtels et restaurants. La bière domestique reste en vente libre.

La Commission

On vient en grand nombre de l’Ontario et des États-Unis visiter les attraits du Québec... et en particulier les succursales de la Commission!

Livraison

Les premiers camions de livraison de la Commission des liqueurs. La clientèle provenant de régions plus éloignées peut déjà commander par la poste.

Succursale

Le client doit passer par un comptoir grillagé, ressemblant à un confessionnal, et choisir son produit à partir d’une liste affichée au mur. Sa bouteille lui est remise enveloppée

Qualité contrôlée

La Commission a un laboratoire où le chimiste contrôle la qualité de plus de 2 155 produits.

L’envol des bulles

Durant les Années folles, les Québécois rêvent d'une vie plus agréable. En effet, tout le monde veut s’amuser et c’est le début des Années folles! Le mousseux et le champagne ont la cote et coulent à flot dans les cabarets, influencés et visités par plusieurs musiciens des États-Unis.


Vin sans limite

Jusque dans les années 30, il est interdit d’acheter plus d’une bouteille de « boisson forte », alors qu’on ne limite pas les ventes de vin.

Guerre et rationnement

Un véritable paradis pour les touristes

Les restaurants, hôtels et succursales de la Commission, font des affaires d’or. Mais la fin de la prohibition aux États-Unis, jumelée à la crise économique, aura des répercussions sur les revenus de la Commission.

Chacun son effort de guerre

Les distilleries fournissent l’alcool qui sert à fabriquer des munitions et autres nécessaires de guerre. La population est donc appelée à diminuer sa consommation d’alcool et recevra des coupons de rationnement octroyés par la Commission : limite de 40 oz d’alcool par deux semaines, par client.

Permis de consommation.Permis de consommation.

L’alcool : ennemi numéro un de l’église

Des campagnes de tempérance sont menées par les autorités religieuses. L’alcoolisme est une réelle source d’inquiétude pour l’Église, principalement en milieu urbain.

La boisson Caribou

Premières mentions officielles de la boisson Caribou, servie par Lionel Faucher, un résident du quartier Saint-Sauveur, pour « réchauffer » les participants du Carnaval de Québec. La légende raconte toutefois que le Caribou aurait été créé à l’époque des coureurs des bois, qui mélangeaient du sang de caribou avec de l’alcool. Cela reste du folklore­!

La naissance de l’art de la table

La période d’après-guerre favorise l’essor de la gastronomie. C’est d’ailleurs à cette époque que de nombreux clubs gastronomiques voient le jour.

La révolution tranquille marquée par une transformation profonde et rapide de la société québécoise, définira le mandat et aura une grande influence sur l'histoire de la SAQ.

 

La fin des succursales grillagées

Les clients peuvent enfin voir et choisir les produits, mais ils doivent encore faire appel au préposé pour y avoir accès. La première succursale « semi-libre-service » voit le jour à la Place Ville-Marie à Montréal.

Création de la Régie

La Régie des alcools du Québec est créée le 13 avril 1961. Elle est composée de deux services : le Ministère de la Justice (administration des permis d’alcool) et le Ministère des Finances (commerce des boissons alcooliques).

Expo 67

La Régie approvisionne l’Expo avec une gamme sans précédent de produits du monde entier : c’est l’émergence d’une culture du vin au Québec.

Vue aérienne d’Expo 67 à Montréal, lors de la dernière journée de l’exposition, le 27 octobre 1967.

© BAnQ, Centre d’archives de Québec, Fonds Office du film du Québec, Auteur inconnu, [vers 1967], E6, S7, P671109

À l’origine de la SAQ: la Commission Thinel

Le 18 novembre, le Conseil des ministres institue la Commission d’enquête sur le commerce des boissons alcooliques. Le rôle de la Régie doit être revu.

Un rapport fructueux

En septembre 1971, deux entités juridiques et opérationnelles distinctes voient le jour : la Société des alcools du Québec et la Commission de contrôle des permis d’alcool (ancêtre de la Régie des alcools, des courses et des jeux).

La première succursale « libre-service »

On peut maintenant voir et toucher les produits ! Face à la demande, la Régie doit accélérer le processus de modernisation de son réseau de succursales, qui sera complété en 1983.

Succursale La Baie à Montréal.

La Société des alcools du Québec est inaugurée en septembre 1971.

En 1972, émission des premiers permis industriels pour produire et vendre du vin et du cidre québécois.

L’âge légal est à nouveau fixé à 18 ans, et pour de bon !


La Maison des vins

On observe une transformation des habitudes de consommation des Québécois depuis Expo 67. Pour répondre à l’intérêt croissant des clients pour le vin, la SAQ inaugure la première Maison des vins à la place Royale, à Québec.

Logo et succursales à travers le temps

Place aux vins nouveaux

On reçoit avec frénésie les premières livraisons de 200 caisses de vins nouveaux, et les clients se les arrachent! Tellement qu’en 1980, c’est plus de 8 000 caisses qui seront commercialisées.

Les beaujolais.Les beaujolais.

 Des succursales format mini

Pour mieux desservir les régions rurales, de mini-succursales, aussi appelées « roulottes » ou « one-man-stores », voient le jour.

Maintenant chez votre épicier

En septembre 1978, on peut acheter pour la première fois une bouteille de vin à l’épicerie de Roger Gaboury, sur le boulevard Rosemont à Montréal. Quelques semaines plus tard, 7 000 autres points de vente s’ajoutent.

Naissance des agences

Deux commerces d’alimentation de localités où il n’y a pas de succursale obtiennent l’autorisation de vendre les mêmes produits que ceux offerts à la SAQ. Ils deviennent alors des agences SAQ. On en compte aujourd’hui 430.

Viticulteurs d’ici

En 1985, la Régie des permis d’alcools du Québec accorde les cinq premiers permis commerciaux de vente de vin produit avec des raisins récoltés au Québec.

Tout le monde peut devenir connaisseur

Grâce au programme de formation Les Connaisseurs de la SAQ, la clientèle et les employés peuvent approfondir leurs connaissances sur le vin.

La modération a bien meilleur goût

Afin de sensibiliser la population à la consommation responsable, Éduc'Alcool est créé, en collaboration avec les membres de l’industrie.

Le saviez−vous?

Le slogan « la modération a bien meilleur goût » a d’abord appartenu à la SAQ. Éduc’alcool l’a racheté au montant symbolique de 1 $, et en a fait un slogan maintenant connu de tous!

Première circulaire

Les années 90 marquent une époque plus commerciale. C’est à ce moment que sont imprimées les premières circulaires.

SAQ ou alimentation et dépanneurs?

Le gouvernement du Québec donne le choix aux brasseries des États-Unis et des autres pays qui exportent au Québec de vendre leurs produits à la SAQ ou dans les épiceries et dépanneurs. Plusieurs choisissent alors ce réseau.


Un p’tit porto?

L’intérêt grandit pour ce produit. On passe de 35 variétés sur nos tablettes en 1989 à 123 en 2000.

Première commandite SAQ d'un festival

Le Bistro SAQ est présent au Festival de Jazz de Montréal.

La SAQ se dynamise et crée de nouvelles bannières pour s’adapter aux besoins du consommateur : Express, Classique et Sélection

Première version du site informatif SAQ.COM

En 1998, les succursales ouvrent le dimanche!

Deux nouvelles publications voient le jour en 1999.

La SAQ lance le Primeurs, un magazine art de vivre, et le vinOh ! Veritas qui présentent les nouveaux arrivages.

La première SAQ SIGNATURE ouvre ses portes à Montréal.

À grande échelle

La première SAQ Dépôt voit le jour au centre- ville de Hull et occupe un espace de 21 000 pieds carrés. Un total de 250 produits y sont présentés.

SAQ.COM
Lancement du site transactionnel SAQ.COM, un des premiers du genre au Québec.

À la mode de chez nous

Ouverture d’une succursale SAQ Classique Terroirs d’ici au marché Atwater à Montréal ainsi que des agences Terroirs d’ici. De plus, toutes les SAQ Sélection et les grandes SAQ Classique disposent maintenant d’une section Terroirs d’ici.

Place aux accords

Ouverture d’une succursale Art de vivre à Sainte-Foy, un concept novateur qui regroupe les vins non pas par pays, mais par accord vins et mets. Une deuxième ouvrira ses portes en 2003 à Montréal.


TCHIN TCHIN

Première parution du magazine Tchin Tchin qui vise à pousser la découverte et le conseil encore plus loin pour la clientèle.

2004
Création de la chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux à l’université de Sherbrooke pour développer l’usage du verre comme remplacement cimentaire dans le béton.

Cellier : place à la découverte

La zone Cellier est lancée. Cette marque regroupera, entre 2006 et 2013, toutes les activités de marketing entourant les produits de spécialité, incluant le magazine.

Aménagement d’une toiture verte sur une partie du toit du Centre de distribution de Montréal.

2008

Les pastilles de goût font leur entrée.
Une façon ludique de faire des choix plus éclairés grâce à un langage commun qui sera vite adopté (et même parodié)!

2009

Sur la bonne voie
Acquisition du tout premier camion hybride (fabriqué au Québec), qui permet de réduire les GES de 25 à 30 %.

SAQ x BAQ

Début du partenariat avec le Banques alimentaires du Québec, qui deviendra la cause principale de la SAQ dès 2011 avec la campagne « Les vins généreux ».

Fini les sacs

En 2009, la SAQ est le premier commerce de détail au Québec à prendre cette initiative et le premier organisme public à dévoiler un plan d’action en matière de développement durable.

La SAQ à portée de main

Lancement de l'appli mobile qui permet de consulter les fiches produits, les suggestions d'accords vins et mets, la disponibilité des produits et localisation des succursales... en tout temps.

1 000 000 000

À 90 ans, la SAQ franchit le cap du premier milliard de dollars en bénéfices nets remis au gouvernement du Québec.

2012
Première politique d’approvisionnement responsable. Celle−ci consiste à intégrer des valeurs environnementales, sociales et éthiques dans son processus d’acquisition de biens et de services

Origine Québec

Création de la marque Origine Québec, soutenue par des engagements concrets qui permettront : d'accroître la visibilité et l'offre des vins certifiés du Québec, et d'augmenter le choix des vins et d'alcools du Québec.

Lancement de
SAQ Inspire

Un mois seulement après son lancement, le programme compte plus d’un million de membres.

offres exclusives
historique et profil d’achat
nouveaux arrivages personnalisés
événements

Cliquez, achetez, ramassez

Les clients peuvent désormais acheter des produits dans SAQ.COM et de se les faire livrer à la succursale de leur choix.


Une succursale écoresponsable

Certifiée LEED, la succursale du marché Jean-Talon représente une vitrine exceptionnelle pour l’expertise et l’innovation québécoise en matière de développement durable.

Succursale du marché Jean-Talon

2016

Projet de loi 88 : les producteurs québécois peuvent vendre leurs produits dans les épiceries et les dépanneurs.

2018

SAQ x Vignes en ville
Le Laboratoire sur l’agriculture urbaine de Montréal (AU/LAB) voit le jour. On y intègre du verre broyé pour le paillis et dans le terreau de plantation.

20202020

Création de nouvelles identifications pour la famille des produits du Québec: Préparé au Québec et Embouteillé au Québec.

La SAQ de l'avenirLa SAQ de l'avenir

Une société qui évolue avec la société

Vers une expérience intégrée, personnalisée et inspirante.

Plus de fluidité entre tous les points de contact.

Une plus grande accessibilité aux produits, en succursale et en ligne.

La responsabilité sociétale au cœur de ses activités.

À la santé de la planète.À la santé de la planète.

2022

Modernisation du système de consigne. Nouveau plan opérationnel de récupération pour améliorer le recyclage du verre.

Photos : archives SAQ sauf indication contraire