Veuillez noter que des problèmes techniques causent actuellement des difficultés avec la mise à jour des inventaires en succursale.

Un pont intégrant de la poudre de verre à Montréal

Il était une fois, 70 000 bouteilles de vin qui trouvèrent une nouvelle vie dans un pont de Montréal

Loin d’être un conte farfelu ou une légende urbaine, cette belle histoire vient mettre une première pierre pour construire l’avenir et offrir une nouvelle vie aux bouteilles qui seront bientôt consignées (une matière de grande qualité à laquelle il faut trouver une utilité!).

« L’intégration du verre dans le béton relève d’un concept hyper ingénieux! C’est une façon incroyable d’augmenter la performance du béton, tout en récupérant un matériau qui se retrouve trop souvent à l’enfouissement. »

Christian Marier-Pilon, directeur de la responsabilité sociétale à la SAQ

Pourquoi utilise-t-on de la poudre de verre dans un pont de Montréal?

Parce qu’elle accroît la durabilité et la résistance du béton.

Parce que son utilisation dans le pont de Montréal nous permet d’éviter d’émettre 40 tonnes de CO2. Ça, c’est la quantité de gaz émis par une voiture pour faire 5 fois le tour de la Terre!

Parce que ce sont quelque 70 000 bouteilles de vin récupérées qui ne vont pas à l’enfouissement

Parce que le béton utilisé pour le pont (qui contient 10 % de verre récupéré) nous permet d’économiser 40 000 kg de ciment. Ça représente 1 340 sacs de 30 kg de ciment achetés à la quincaillerie du coin!

Et la SAQ dans tout ça?

Vous vous demandez ce que la SAQ a à voir dans tout ça? Hé bien la SAQ est un allié de la poudre de verre depuis… avant qu’elle existe! Hé oui, nous avons participé à la création de la Chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux de l’Université de Sherbrooke en 2004, et en finançons la recherche depuis. Nous en sommes les premiers ambassadeurs. On aime croire qu’il y a un peu de nous dans cette découverte toute québécoise!

La poudre de verre a été testée dans nos planchers de succursale (évidemment!), dans les trottoirs de nombreuses municipalités, dans le mobilier urbain, dans la confection de dalles, etc. Elle est maintenant prouvée assez efficace (et reconnue par les normes mondiales de construction) pour être intégrée dans des ponts!

Cette avancée nous enthousiasme tellement que ça nous donne envie de continuer à être présents, à encourager le développement de nouvelles initiatives québécoises et à faire en sorte que toutes les belles bouteilles que vous avez pris plaisir à déguster se trouvent une petite place dans un pont, sous forme de nouvelle bouteille, comme paillis dans votre potager, ou à tout autre endroit guidé par votre créativité!

À la SAQ, nous continuons, plus que jamais, à contribuer en collaboration avec l’industrie, les partenaires et le gouvernement à trouver les solutions les plus performantes, sur les plans environnemental et économique, pour atteindre le meilleur taux de recyclage du verre. Nous souhaitons participer à renforcer une industrie locale du verre basée sur l’économie circulaire. Et nous sommes sur la bonne voie!

Où peut-on voir le nouveau pont?

Le nouveau pont Darwin est situé sur le boulevard de L’Île-des-Sœurs. Mais attention, il n’est pas encore terminé! Sa construction prendra fin dans quelques semaines, au mois de novembre 2020. L’an prochain, son petit frère verra le jour, puisqu’une 2e construction est déjà prévue.

Suivez-nous pour voir la dernière phase de ce pont qui sera bientôt cité en exemple comme une première mondiale!

De gauche à droite : William Wilson, professeur adjoint, Département de génie civil et de génie du bâtiment, Université de Sherbrooke; Étienne Cantin Bellemare, ingénieur, concepteur principal des ponts Darwin, Ville de Montréal, Vincent Caviola, candidat à la profession d’ingénieur (CPI), Ville de Montréal, Marie-Hélène Lagacé, vice-présidente, Affaires publiques, Communications et Responsabilité sociétale, SAQ; Christian Marier-Pilon, directeur, Responsabilité sociétale, SAQ et Sylvain Ouellet, responsable des infrastructures, Ville de Montréal