D’hier…

Tirant son nom de l’expression allemande « Selterser Wasser », l’eau de Seltz désignait à l’origine une eau naturellement pétillante puisée à même les sources du massif montagneux du Taunus non loin de la ville de Niederselters. Dès le XVIe siècle, les sels et le bicarbonate de soude qu’elle contenait étaient fort prisés pour leurs propriétés thérapeutiques, digestives et diurétiques.

siphonssiphons

L’intérêt surpassant rapidement l’offre, la fabrication d’eau de Seltz artificielle, par adjonction de dioxyde de carbone, est alors devenue à la mode et a gagné les bistrots et brasseries où elle servait à allonger certains spiritueux et à créer des cocktails. On la retrouvait à l’époque dans des siphons, ces contenants souvent colorés et parfois habillés d’un grillage métallique en raison de la pression intérieure et des risques d'éclatement.

…à aujourd’hui

Regroupant aujourd’hui des eaux pétillantes alcoolisées et aromatisées, les seltzers ou « hard seltzers » en anglais ont été popularisés chez nos voisins du Sud grâce notamment à des compagnies telles que White Claw et Truly. Avec des ventes avoisinant les 2 milliards de dollars et qui ont quadruplé dans les deux dernières années, ce n’était qu’une question de temps avant que cette tendance ne traverse la frontière.

Avec un taux d'alcool habituellement compris entre 4 % et 6 %, un taux de sucre généralement sous 1,5 g/l et 100 calories par canette, les seltzers  proposent une alternative moins calorique à la bière, aux cocktails et au vin. Légers, rafraîchissants, sans gluten et offerts dans des saveurs variées et invitantes, ils s’invitent à l’apéro et restent pour accompagner des salades ou un plateau de sushis.

L’engouement que suscitent ces boissons alcoolisées et les parts de marché qu’elles grugent à leurs concurrents ont rapidement changé la donne. Petits et gros joueurs locaux s’intéressent au phénomène et enrichissent une offre qui ne cesse de croître.

Une tendance bien installée pour ces eaux qui sont tout sauf plates!

siphonssiphons

L’intérêt surpassant rapidement l’offre, la fabrication d’eau de Seltz artificielle, par adjonction de dioxyde de carbone, est alors devenue à la mode et a gagné les bistrots et brasseries où elle servait à allonger certains spiritueux et à créer des cocktails. On la retrouvait à l’époque dans des siphons, ces contenants souvent colorés et parfois habillés d’un grillage métallique en raison de la pression intérieure et des risques d'éclatement.