femme, vin, vigneronne

Rencontres

Les femmes du vin : portrait de quatre vigneronnes

Rencontre avec quatre vigneronnes qui dynamisent le monde viticole et font ainsi rayonner leur métier, leur terroir, leur domaine et leurs vins.

Publié le 28 février 2022

Afin de souligner le travail extraordinaire des vigneronnes partout dans le monde, nous vous présentons aujourd’hui quatre femmes extraordinaires, engagées dans la viticulture et la production de vins. Seules ou en famille, sur des terroirs prestigieux ou des domaines plus avant-gardistes, elles témoignent du dynamisme et de la variété des pratiques vinicoles en constante évolution, autant dans l’ancien monde que dans le nouveau.

Les femmes ont toujours occupé une place importante dans les vignobles, mais n’ont pas toujours bénéficié de la visibilité associée à leur rôle. Elles ont longtemps été reléguées à un rôle anonyme, travaillant dans l'ombre de leurs confrères masculins.

Interdites de formation jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les femmes du monde rural étaient limitées à l’enseignement ménager agricole qui les astreignait aux corvées traditionnelles (la cueillette des raisins, le ramassage des sarments ou encore le greffage). Ce n’est que plus tard, dans les années 70, que les femmes prennent enfin la place qui leur revient dans la viticulture1

Aujourd’hui, elles exercent diverses fonctions dans l’industrie et s’illustrent comme le nouveau visage du vin. Certaines ont repris l’exploitation familiale, d’autres ont commencé à zéro, mais chacune travaille avec passion et détermination, en étroite connexion avec leur terroir respectif. Rencontre avec quatre vigneronnes qui dynamisent le monde viticole et font ainsi rayonner leur métier, leur terroir, leur domaine et leurs vins.

Cristina Mariani-May – Banfi

Cristina Mariani-May est aujourd’hui à la tête du vignoble familial Castello Banfi, en Toscane, au coeur de l’Italie, ainsi que de la compagnie d’importation Banfi Vintners, fondée par son grand-père en 1919 à New-York. Issue de la troisième génération du nom Mariani-May, elle était en quelque sorte destinée à assumer la direction de l’entreprise familiale. C’est donc en 1993, fraîchement diplômée de la Graduate School of Business de l'Université de Columbia, qu’elle décide de se consacrer à la vigne.

« Je suis née dans cette belle industrie, raconte Cristina. Ma grand-tante, Teodolinda Banfi, m'a toujours inspirée ; c'était une femme extraordinaire, qui fut sélectionnée dans le temps pour gérer la résidence du pape Pie XI et qui a eu l'honneur d'être la première femme non membre du clergé à vivre au Vatican et à y être inhumée. C’était une amoureuse du bon vin, de la gastronomie et de l'hospitalité. C’est elle qui a élevé mon grand-père et, lorsqu'il était jeune, il est venu à New York et a ouvert une maison de négoce de vin qu’il a baptisée Banfi en son honneur. Aujourd'hui, je suis à la tête de l'entreprise et je suis très fière de maintenir ce même esprit d'hospitalité et de transmettre la passion des grands vins et de la gastronomie italienne aux consommateurs du monde entier ».

En tant que présidente et directrice générale, Cristina tient les rênes de la compagnie en jumelant tradition et innovation, suivant la constante évolution du monde viticole.

Cristina Mariani-May – BanfiCristina Mariani-May – Banfi

Depuis que Cristina a hérité du domaine familial, elle anticipe et s’adapte continuellement aux réalités d’aujourd’hui afin d’imposer un standard de qualité en termes de satisfaction de la clientèle, de s’adapter à l’évolution des goûts des consommateurs, mais également aux répercussions imposées par les changements climatiques, tout en s’assurant de mettre en place un cadre de travail dans lequel ses employés peuvent s'épanouir en appuyant la parité homme-femme au sein de son entreprise.

« Le vin est un milieu idéal pour les femmes. La vision et l’attention aux détails inhérents à notre entreprise permettent aux femmes qui souhaitent entreprendre une profession dans le vin, de s'épanouir au sein d'un groupe de restaurateurs, de consommateurs et de professionnels. L’industrie vinicole consiste à transmettre des connaissances et une attention à un produit qui incarne tant d'attributs de lieu, de passion et de style. Les femmes sont très douées pour entrer en contact avec les autres et partager des histoires et des intérêts communs. Le vin nous rassemble tous et les femmes ouvrent la voie à cette réunion. C'est un mariage parfait ».

Ses efforts ont d’ailleurs été reconnus lorsque le domaine est devenu en 2006 la première entreprise vinicole au monde à recevoir les certifications ISO 14001, ISO 9001 et SA 80002. La première définit les critères d'un système de gestion environnementale. La deuxième regroupe un ensemble de normes qui aident les organisations à s'assurer qu'elles répondent aux besoins des clients. Enfin la troisième certification délimite les critères qui encouragent les entreprises à appliquer des pratiques socialement acceptables sur leur lieu de travail.

Cette idéologie avant-gardiste, elle la garde à l’esprit lorsqu’il est question d’appréhender le futur dans le monde du vin. 

« Chaque millésime est un nouveau défi, estime-t-elle. Les changements climatiques sont réels. L'avenir consiste à rester calme, flexible et toujours prêt à expérimenter de nouvelles choses. En outre, il s'agit de préserver le territoire, de protéger notre environnement et notre communauté. La recherche, l'innovation et la durabilité ont toujours été des piliers de Banfi, et ils continueront à l'être! »

Novatrice, charismatique et jamais à court d’idées, Cristina fait briller le domaine et le terroir toscan dans le monde entier.

Rosalia Molina - Altolandon 

Ayant toujours été passionnée par l’univers du vin, Rosalia s’est lancée dans la folle aventure de fabrication du vin avec son mari en 1986. « Folle aventure » sont ses propres mots pour décrire le projet : « D’abord parce qu'on a choisi de planter des vignes à un endroit très haut en altitude et que tout le monde nous disait qu’on était fous, qu’on n'arriverait jamais à faire du bon vin avec ce climat et ensuite puisque être vigneronne n’est pas un job, mais un style de vie. On met sa vie entière dans ce projet », explique-t-elle.

Avant-gardiste à sa façon, elle ne regrette pas du tout la décision de planter ses vignes en altitude, puisque les consommateurs se tournent maintenant de plus en plus vers des vins vifs et légers, caractéristiques spécifiques des climats plus frais.

Rosalia Molina - Altolandon Rosalia Molina - Altolandon

En tant qu’entrepreneure, elle fait tout de A à Z, de la production du vin à la vente. Elle raconte d’ailleurs que dans ses jeunes années, quand elle voyageait pour vendre du vin, les gens ne la prenaient pas au sérieux. « C’était à 90 % des hommes. Quand ils me voyaient arriver avec mon mari, ils pensaient que j’étais sa secrétaire. Aujourd’hui les choses ont beaucoup évolué », se remémore-t-elle.

La meilleure récompense pour son dur labeur, c’est de voyager à l’étranger et de voir que les gens apprécient son vin en dehors de l’Espagne. « Toutes les bouteilles que nous produisons sont une petite partie de notre vie, une partie de nous, cela fait chaud au cœur de voir qu’elles sont appréciées », conclut-elle.

Anne-Marie Lemire - Vignoble Léon Courville

Anne-Marie Lemire est devenue vigneronne par amour. Elle a suivi son mari dans ce projet et s’est prise au jeu. Elle insiste cependant sur le fait qu’elle a toujours apprécié les bonnes choses, que ce soit le bon vin ou les produits du terroir. Ceci lui a permis de devenir une vigneronne avertie dotée d’une attention aux détails très aiguisée.


Hasard ou prédisposition, Anne-Marie Lemire a très rapidement été intriguée par le produit, ses spécificités et les méthodes de production. Se sentant happée par le projet, elle s’est d’abord lancée dans la commercialisation, avant de mettre la main à la pâte dans toutes les étapes de la vinification.

Même si Anne-Marie n’avait jamais imaginé devenir vigneronne un jour, elle en possède aujourd’hui toutes les qualifications. Ce métier est vite devenu une vocation. « C’est l’aspect créativité, adaptation et recherche que je préfère. Cela nécessite beaucoup d’ouverture d’esprit, de travail, mais aussi beaucoup d’écoute. C’est un métier de partage, on est très près de la nature, mais également très près des gens », nous confie-t-elle.

Quant à la place des femmes dans le vignoble, la vigneronne pense qu’elle est essentielle pour trouver un juste équilibre. « Le comité femmes-hommes est égal lors des dégustations, c’est important pour nous d’avoir l’opinion de tout le monde. J’ai d’ailleurs remarqué avec le temps que les femmes sont d’excellentes dégustatrices. Je pense aussi que les femmes ont tendance à avoir une vision plus globale des choses, ce qui est important pour avancer, faire évoluer le vin qu’on produit, mais surtout le rendre meilleur », affirme-t-elle.

Anne-Marie Lemire - Vignoble Léon CourvilleAnne-Marie Lemire - Vignoble Léon Courville

Mathilde Chapoutier - Maison M. Chapoutier

Mathilde Chapoutier a repris le domaine familial, situé à Tain-l'Hermitage dans la région du Rhône en France à la suite de son père, Michel Chapoutier.

Mathilde n’a pas seulement hérité d’un vignoble, mais également de valeurs intrinsèques à l’entreprise, véritables piliers du domaine. La vigneronne fait ainsi prospérer cette notion de respect chère au vignoble autant par rapport au terroir, à la terre, à la vigne qu’à l’humain.

Deuxième pierre angulaire du domaine Chapoutier : l’audace. Mathilde perçoit le vin comme une « exploration permanente, sans limites ». C’est cette audace qui lui permet de faire de la maison Chapoutier un vignoble et négociant de vins reconnu en France, toujours à la découverte de nouveaux terroirs.

Isabelle Rochette - CirkaIsabelle Rochette - Cirka

« Il faut se remettre sans cesse en question, car notre force, c’est de savoir évoluer. Avec les changements climatiques, on regarde les choses différemment. On se pose d’autres questions pour nous adapter. Par exemple : tester de nouveaux cépages, travailler sur de nouvelles méthodes de vinification ou sur la fraîcheur des vins et aller chercher de nouvelles parcelles plus en altitude, tout en continuant bien sûr à respecter la nature ».

La troisième et dernière (mais non la moindre) valeur inhérente à la Maison M. Chapoutier est cette notion de partage qui reflète la convivialité et la générosité du vin auxquelles Mathilde est si attachée: « Pour moi, le vin est fait de plaisir. » La Maison M. Chapoutier et Mathilde associent le vin à des moments de partage, sans laisser personne à l’écart. C’est pour cela que toutes les étiquettes du domaine portent une inscription en braille pour permettre aux aveugles et aux malvoyants un meilleur accès au vin. 

Mathilde est également fière de nombreux talents féminins dans son entreprise: « M. CHAPOUTIER est l’entreprise vinicole française la plus féminine! Cinq femmes composent le conseil de direction. Je ne pense pas qu’il y ait des différences liées aux genres, mais plutôt aux personnalités parfois très différentes, peu importe si nous parlons d’hommes ou de femmes », croit-elle.


Bien qu'elles aient des parcours différents et une vision bien à elles du métier de vigneronne, ces quatre femmes ont toutes un point en commun: leur passion pour le vin et leur labeur acharné afin d’offrir un produit à la hauteur de leur talent. Cette vie qu’elles ont consacrée à leur passion leur permet aujourd’hui d’être reconnues à travers le monde, au même titre que leurs pairs masculins. Elles construisent à l’unisson un avenir pour le vin moins genré, et plus respectueux de l’environnement.


Sources 

1Escudier, J-L. (2016). Les femmes et la vigne. Une histoire économique et sociale (1850-2010). Presses universitaires du Midi, Toulouse

2ISO.org. https://www.iso.org/iso-14001-environmental-management.html
ISO.org https://www.iso.org/iso-9001-quality-management.html
SGS.ca https://www.sgs.ca/en/sustainability/social-sustainability/audit-certification-and-verification/sa-8000-certification-social-accountability

Banfi Wines. Cristina Mariani-May. https://www.banfiwines.com/person/cristina-mariani-may/

Chapoutier. (2022). L’univers de Mathilde. https://www.chapoutier.com/fr/luniversdemathilde/

Chapoutier. (2022). Valeurs. https://www.chapoutier.com/fr/la-maison/valeurs/

On vous recommande