whisky

Dégustation et service

L’art de déguster les spiritueux

Du brandy à l’armagnac en passant par les whiskys, les spiritueux fins sont dans l’air du temps. Mais de quoi parle-t-on au juste, et comment apprivoiser ces produits?

Publié le 14 octobre 2020

Les spiritueux ont le vent dans les voiles. En témoignent les nombreux groupes de dégustations qui se forment spontanément aux quatre coins de la province et les cours offerts par divers organismes, dont les Ateliers SAQ par ITHQ, fruit d’une association entre les deux institutions. Des néophytes aux experts, tous ont compris qu’il faut prendre le temps d’apprivoiser les différentes familles de spiritueux fins.

+Mieux connaître les whiskys avec les Ateliers SAQ par ITHQ

Cognac, calvados, armagnac, brandy et whisky

Les alcools ci-dessus sont des spiritueux fins, c’est-à-dire qu’ils se prêtent particulièrement bien à la dégustation et ont souvent connu une longue élaboration. On les associe à des familles de saveurs raffinées, que traduisent les cinq pastilles de goût développées par la SAQ. Ainsi, un armagnac peut évoquer des notes de pommes et de pêche ou un bourbon (whiskey américain), dégager des arômes de noix ou d’épices.

Nature ou en cocktail?

De plus en plus populaires, ils sont parfois intégrés dans des cocktails élaborés par les mixologues. Mais les amateurs aiment les savourer nature, pour en saisir toute la complexité. «Par exemple, il y a une façon de déguster le whisky, dit Jean-François Pilon, fondateur du club Whisky Montréal. Comme c’est un alcool fort, il faut prendre le temps de le connaître. On approche doucement le verre sous le nez, on le hume en gardant la bouche ouverte, puis on le goûte à petites gorgées. L’expérience en sera plus enrichissante et la consommation mesurée. Le mieux, c’est de se faire guider par un connaisseur», explique celui qui donne des conférences dans les bars et les festivals, et organise des ateliers chez des particuliers.

Pastilles spiriteux finsPastilles spiriteux fins

On vous recommande