Livraison gratuite en succursale dès 75 $ d’achats dans un délai estimé à 3 à 5 jours ouvrables.

    Pour toutes les informations sur la négociation en cours et connaître les succursales ouvertes aujourd'hui, veuillez consulter cette page.

Pour notre clientèle affaires, veuillez vous référer à cette page

    Problème technique : toutes les fonctionnalités du programme Inspire sont temporairement indisponibles.

Le grand retour des cocktails des années 1990

Tendances

Le grand retour des cocktails des années 1990

Cosmopolitan, Margarita, Appletini, Sex on the Beach: ces cocktails sucrés et colorés qui faisaient fureur à la fin du dernier millénaire sont de retour. Pour cette nouvelle cuvée d’Au frais, on s’offre un petit retour dans le temps avec deux mixologues… qui ont grandi dans les années 1990!

Publié le 22 août 2023

Suffit d’observer le look des jeunes dans les bars et d’écouter ce qui joue à la radio (ou plutôt sur les plateformes de diffusion en continu, soyons de notre temps!) pour le constater: la mode des années 1990 est de retour. Ce qu’on trouve dans nos verres n’échappe pas à cette tendance: les concoctions aux couleurs criardes et aux noms évocateurs qui faisaient fureur dans les bars et dans les partys de cuisine à l’époque reviennent aussi au goût du jour, mais avec une touche bien contemporaine.

Pour creuser le sujet, on se tourne vers Kate Boushel, directrice des bars du groupe Barroco (Atwater Cocktail Club, Milky Way et Bon Délire) et Étienne Gratton Bourret, copropriétaire de La Florida à Laval, qui revisitent chacun à leur façon les cocktails emblématiques de cette décennie.

L’ère du Sex on the Beach

Les années 1990, c’est le début du World Wide Web. C’est l’ère des boys bands et des girls bands, de la musique dance, mais aussi du grunge et du punk rock. Dans Sex and the City, Carrie enchaîne les cosmos comme elle change de tenue. Au Québec, Jean Leloup cartonne avec son hit 1990, alors que nos yeux sont rivés au petit écran pour ne rien manquer de Chambres en ville, Les filles de Caleb, Lance et compte et La Petite Vie. 

«C’était l’époque des Foufs et du Loft, des Sex on the Beach et du sour mix. On goûtait davantage le schnapps aux pêches et la grenadine que l’alcool», se souvient Kate Boushel, qui faisait alors son entrée dans le monde des bars. 

À ce moment, le terme «mixologie» était à peu près inconnu. Ce n’est que quelques années plus tard qu’on a véritablement assisté au virage vers les speakeazy et que les bartenders moustachus en chemises blanches et tabliers ont ressorti des boules à mites leurs vieux livres de recettes de cocktails datant d’avant la prohibition, et avec eux les Sazerac, Old Fashioned, Manhattan et Mint Julep.

Un beau délire nostalgique

Après quelques années de cette approche plus sérieuse et un peu austère de la mixologie, on observe un retour vers des cocktails plus accessibles et faciles à boire, comme ceux populaires avant le bogue de l'An 2000, note Kate.

« On revient aux cocktails de cette époque-là, mais maintenant on comprend la chimie en arrière. Aujourd’hui, on travaille avec des spiritueux de qualité et on fait nos jus maison, on peut avoir de la bière de gingembre de petits producteurs locaux au lieu du ginger ale en fontaine », précise Kate. Le résultat est donc plus subtil, plus raffiné.

Kate Boushel

Ouvert en mars dernier, le bar Bon Délire est une véritable ode aux années 1980 et 1990, de la façade rappelant une boutique de prêteur sur gages au décor éclectique au kitsch assumé. Néons criards, bar rétroéclairé, table de billard recouverte de peau de léopard, tout ici sent la nostalgie. Sur la carte, on reconnait plusieurs classiques de la fin du millénaire remis au goût du jour, comme un Long Island Iced Tea et un Midori Sour revisités.

Bar Bon Délire

Appletini, Amaretto Sour et Jello shots

Située à Saint-Rose, Laval, La Florida tient non seulement son nom du film québécois culte de 1994, mais son menu est lui aussi truffé de références aux années 1990. Outre l’incontournable Appletini et les variations sur le thème du Tequila Sunrise et du Amaretto Sour, ce sont les Jello shots au Kir Royal qui retiennent l’attention.

« C’est très populaire! On a commencé avec deux petites plaques de jello par soir et c’est rendu qu’on a un réfrigérateur complet », nous lance Étienne Gratton Bourret, copropriétaire. Dans la jeune trentaine, ce dernier n’a pas connu les bars des années 1990, mais il garde un souvenir empreint de nostalgie de cette décennie, qui teinte plusieurs éléments de l’expérience de La Florida.

« On revisite des classiques un peu quétaines et trop sucrés qu’on pouvait boire dans des endroits cheap», poursuit Étienne. Ici aussi, on mise sur la qualité des ingrédients – spiritueux fins locaux, sirops et jus maison – mais sans faire dans la dentelle. «C’est dans ta face, il y a des grosses saveurs. On essaie vraiment de donner du punch à nos cocktails », ajoute-t-il.

La formule semble plaire, puisque les clients sont au rendez-vous, même si certains sont déstabilisés. «Il faut parfois qu’on leur explique la vibe», avoue Étienne en riant.

Quelques cocktails emblématiques des années 1990 à redécouvrir

On vous recommande